musica.forumactif.fr

pour parler de musique classique dans la convivialité et la bonne humeur
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Eustache du Caurroy (1549 1609)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Eustache du Caurroy (1549 1609)   Dim 15 Juil - 13:03

Le compositeur français François-Eustache du Caurroy est né à Gerberoy le 4 février 1549 et mort à Paris le 7 août 1609. Né près de Beauvais, Du Caurroy fut étudiant de Claude Le Jeune. D'abord chantre à la Chapelle royale d'Henri III, il se mit à composer et remporta deux fois le Puy d’Évreux : en 1575, il obtint le cornet d'argent pour une chanson à quatre voix, et en 1576, il reçut l'orgue d'argent pour son motet à cinq voix Tribularer si nescirem. En 1583, un luth d'argent le récompensa pour Beaux yeux, une chanson à cinq voix. Dans les années 1580, il exerça à la chapelle privée de Catherine de Médicis. De vice-maître de la Chapelle Royale, il devint compositeur de la Chambre du roi en 1595. Entre 1596 et 1606, il bénéficia de plusieurs charges ecclésiastiques, obtenant un canonicat à la Sainte-Chapelle de Dijon, des prieurés à Saint-Cyr en Bourg, Passy et Saint-Ayoul de Provins ainsi qu'une prébende à Sainte-Croix d'Orléans. Dernier maître de la polyphonie durant la Renaissance, Du Caurroy fut comparé à Roland de Lassus. Il servit trois rois de France et accumula les honneurs. Ses œuvres instrumentales et religieuses jouirent d'une grande considération. Au soir de sa vie, se rendant compte qu'il n'avait pratiquement rien édité, Du Caurroy vendit une partie de ses biens pour financer l'édition de ses œuvres chez Pierre Ballard, imprimeur du Roy pour la musique. L'édition fut publiée à MontParnasse en 1610, un an après sa mort.
Ses Preces ecclesiasticae sont une collection de 53 motets latins pour trois à neuf voix, souvent austères. Les Meslanges sont une collection de 65 pièces de diverses natures, dans laquelle Du Caurroy reprend notamment le principe de la « musique mesurée » de Le Jeune. Éditées de façon posthume, ses quarante-deux Fantaisies constituent une brillante compilation de pièces instrumentales sur des thèmes variés, empruntés aussi bien à des psaumes qu'à des chansons célèbres de l'époque, écrites pour trois à six parties et dont la variété les a fait comparer à L'Art de la fugue de Bach. Son œuvre la plus célèbre, la Missa pro defunctis, a été exécutée lors des enterrements royaux durant presque deux siècles, ce qui lui a valu le surnom de Messe pour les enterrements des rois de France. Moins d'un an après sa mort, elle fut exécutée lors des funérailles d'Henri IV.

Œuvres instrumentales: 42 fantaisies (1610)
Œuvres profanes: 15 Noëls; Les Meslanges : 65 pièces diverses dont 10 psaumes (1610); une quarantaine de chansons
Œuvres sacrées: Preces ecclesiasticae : 53 motets à plusieurs voix et 4 psaumes (1609); 3 Te Deum; Missa pro defunctis (1636)

source : wikipédia

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
 
Eustache du Caurroy (1549 1609)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean Guillou-Saint-Eustache -14.11.2010
» Saison d'orgue de Saint-Eustache - J.B. Monnot et S. Kim
» Messe en musique à Saint-Eustache
» A votre bon coeur, m'sieurs dames....
» Nadeah Miranda (membre de Nouvelle Vague)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
musica.forumactif.fr :: 1er étage droite : Le bureau des compositeurs :: période renaissance (1450 1600)-
Sauter vers: