musica.forumactif.fr

pour parler de musique classique dans la convivialité et la bonne humeur
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jérusalem (Verdi, 1847)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Jérusalem (Verdi, 1847)   Ven 25 Avr - 13:23

Opéra en quatre actes de Giuseppe Verdi composé en 1847 d'après I lombardi alla prima crocciata. La première représentation fut donnée à l'Académie royale de Paris le 26 Novembre 1847.

Le premier acte prend place à Toulouse en 1095, peu après que le concile de Clermont a lancé la première croisade pour libérer Jérusalem des Turcs. Les actes suivants se situent quatre ans plus tard, lorsque les croisés, arrivés en Palestine, sont sur le point de conquérir Jérusalem.

Acte 1

Peu avant l'aube, au palais du Comte de Toulouse
Hélène, fille du Comte, est avec son amant Gaston, vicomte de Béarn, dont la famille est depuis longtemps en conflit avec celle du Comte. Le lendemain, cependant il doit y avoir une réconciliation solennelle entre les deux familles, avant que le comte et Gaston ne partent en croisade. Lorsque Gaston s'en va, Hélène et sa compagne prient pour la sécurité de Gaston et pour le bonheur qui succédera à la réconciliation. Au matin, le Comte offre à Gaston la main d'Hélène, à la fureur jalouse de Roger, le frère du Comte, qui nourrit depuis longtemps une passion secrète et incestueuse pour Hélène. Il décide de faire tuer Gaston et part chercher un assassin. Le Légat du pape Urbain II annonce que le comte a été nommé chef des croisés français, et, tandis que tout le monde entre dans la chapelle, le Comte remet à Gaston la cape blanche qu'il porte. Roger revient avec un soldat qui est prêt à tuer Gaston. Roger lui explique que, des deux nobles qui sont à l'autel, celui qui porte la cape blanche est son frère bien-aimé, et l'autre est l'homme qu'il doit tuer. Le soldat entre dans l'église ; peu de temps après on entend du vacarme, et le soldat prend la fuite. L'un des premiers à sortir de l'église est Gaston. Roger est horrifié ; ignorant que le Comte à donner la cape à Gaston, il a ordonné au soldat de tuer le mauvais homme. Le Comte, grièvement blessé, est transporté à l'intérieur du palais. Le soldat est fait prisonnier, et lorsque Roger lui dit à voix basse qu'il sera sauf s'il ne le trahit pas, le soldat déclare que c'est Gaston qui lui a demandé de commettre ce geste. Gaston, stupéfait et abasourdi, est accusé de trahison et de meurtre. Roger est submergé d'effroi et de remords. Le Légat empêche les chevaliers de tuer Gaston sur-le-champ, et déclare qu'il doit plutôt partir en exil et attendre le châtiment de Dieu.

Acte 2

Scène 1 : Un endroit isolé de la ville de Ramla à quelques lieues de Jérusalem

Après avoir fait un pèlerinage pieds nus jusqu'en Terre Sainte, Roger vit maintenant en ermite, passant ses journées à prier et implorer le pardon pour son crime. Sa vie d'ascèse l'a rendu complètement méconnaissable. Raymond, écuyer de Gaston, arrive, anéanti par la soif et l'épuisement ; Roger lui dit de se reposer et part à la rescousse de ses compagnons, perdus dans la montagne. Hélène entre avec eux. Elle a entendu parler du pieux ermite qui vit là, et elle espère qu'il pourra la renseigner sur le sort de Gaston, dont on disait qu'il était mort après être arrivé en Palestine. Au lieu de l'ermite, elle rencontre Raymond, qui lui apprend que Gaston est toujours en vie, mais prisonnier des Arabes à Ramla. Elle part pour Ramla, résolue à le trouver. Des groupes de pèlerins, perdus et épuisés, apparaissent, priant qu'on les secoure. Une marche annonce l'arrivée de l'armée, conduite par le Légat et le Comte, dont la blessure ne s'est pas révélée fatale. Roger est étonné de voir le Comte en vie. Cachant son identité, il demande à se joindre aux croisés.

Scène 2 : Le divan de l'Emir à Ramla

Gaston, prisonnier de l'Emir, a entendu dire que les croisés sont proches et qu'Hélène est avec eux. Il a l'intention de trouver le moyen de la rejoindre, mais l'Emir l'avertir que toute tentative de fuite sera punie de mort. On annonce qu'une femme chrétienne portant es vêtements arabes a été arrêtée en ville. C'est Hélène qu'on conduit devant l'Emir. Celui-ci soupçonne qu'elle et Gaston se connaissent et les laisse ensemble, espérant qu'ils se trahiront. Une fois qu'ils sont seuls, l'extase d'Hélène et de Gaston réunis n'est troublée qu'à l'idée que Gaston a été condamné par les croisés. Lorsque des cris dans la ville annoncent l'approche de l'armée des croisés, Hélène et Gaston essaient de fuir, mais ils sont pris par les soldats de l'Emir.

Acte 3

Le jardin du harem de l'Emir

Hélène est désespérée, et les autres femmes du harem, qui chantent qui dansent se moquent d'elle, mais disparaissent à l'entrée de l'Emir, qui ordonne qu'Hélène soit tuée si les chrétiens, qui ont lancé leur attaque, réussissent à entrer dans la ville. Dans la confusion qui s'en suit, Gaston réussit à rejoindre Hélène, si bien que le Comte et les croisés les découvrent ensemble en entrant dans le harem. Le Comte est outré de voir sa fille avec l'assassin présumé ; les croisés réclament la mort de Gaston ; Hélène proteste désespérément de son innocence

Une place à Ramla

Gaston est amené par un cortège solennel. Le Légat annonce qu'il sera mis à mort le lendemain, mais qu'il sera d'abord déshonoré. Tandis qu'un héraut proclame sa honte, un bourreau détruit son casque, sa targe et son épée. Gaston, qui souffre plus de ce déshonneur que de l'idée de mort, continue de protester qu'il est innocent du crime dont on l'accuse.

Acte 4

Le campement des croisés dans la vallée de Josaphat, près de Jérusalem

Tandis que les croisés prient avant la bataille, Roger espère qu'il trouvera la mort lors de l'assaut contre Jérusalem. Le légat demande à Roger d'apporter à Gaston le réconfort spirituel dans ses dernières heures, et lorsqu'on fait entrer Gaston, Roger demande de rester seul avec lui ; Ils sont rejoints par Hélène, qui s'insurge contre la cruauté divine. Roger l'assure que l'innocence de Gaston sera reconnue et confie une épée à Gaston afin qu'il puisse prendre part au combat imminent.

La tente du Comte

Jérusalem est tombé aux mains des croisés. Les chefs victorieux sont rejoints par un chevalier anonyme à la visière baissée, qui fut le premier à hisser l'étendard des chrétiens dans la ville conquise. Le Comte lui demande de s'identifier et Gaston relève la visière de son casque, mettant les croisés au défi d'infliger leur châtiment. Roger apparaît, mortellement blessé. Il confesse sa véritable identité, proclame l'innocence de Gaston et implore le pardon pour lui-même, le véritable criminel. Dans ses derniers instants, il demande à voir la ville du Seigneur : on ouvre le tente pour révéler une vue de Jérusalem. Roger meurt en paix tandis que tous chantent un hymne de victoire.

source : http://membres.multimania.fr/andros/o/dolag.htm

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Jérusalem (Verdi, 1847)   Ven 25 Avr - 13:29

CDs

http://www.amazon.fr/Verdi-J%C3%A9rusalem-Giuseppe/dp/B0001MDQD0/ref=sr_1_2?ie=UTF8&s=music&qid=1209119270&sr=1-2

http://www.amazon.fr/Jerusalem-Verdi/dp/B000028BT1/ref=sr_1_10?ie=UTF8&s=music&qid=1209119270&sr=1-10

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Jérusalem (Verdi, 1847)   Ven 25 Avr - 13:30

DVDs


_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jérusalem (Verdi, 1847)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jérusalem (Verdi, 1847)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I lombardi (Verdi 1843)/Jérusalem (Verdi, 1847)
» Jerusalem, Verdi (1847)
» Verdi - Un bal masqué
» VERDI - Il Trovatore / Le Trouvère
» Verdi - Luisa Miller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
musica.forumactif.fr :: 2e étage droite : musique classique :: opéra-
Sauter vers: