musica.forumactif.fr

pour parler de musique classique dans la convivialité et la bonne humeur
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Véronique (Messager, 1898)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 45
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Véronique (Messager, 1898)   Mer 24 Juin - 14:27

L'échec du Chevalier d'Harmental à l'Opéra-Comique (1896) avait été assez mal ressenti par André Messager qui ne se trouvait pas récompensé du soin qu'il avait mis à écrire cet ouvrage : " ...sa chute me fut d'autant plus pénible que j'y attachais une grande importance, et pensais avoir donné là toute la mesure de ce que je pouvais faire. J’étais tellement découragé par cet insuccès que je ne voulais plus écrire du tout et tentais de me retirer en Angleterre... ".
Mais, un peu plus d'un an plus tard on lui proposa le manuscrit d'une petite comédie : il fut séduit, et, en trois mois, la pièce était écrite. Elle fut créée aux Bouffes-Parisiens, où pendant plus de 150 représentations, un public de connaisseurs vint applaudir Les P'tites Michu. Messager avait retrouvé confiance en lui. L'année suivante, sur des paroles d'Albert Vanloo et Georges Duval, il composait l’un de ses chefs-d’œuvre, Véronique (création, 10 décembre 1898). La distribution était remarquable et la postérité nous a gardé le souvenir de ses créateurs, Mariette Sully et Jean Périer. Elle, poupine et de petite taille, correspondait parfaitement aux canons de la beauté tels qu'ils étaient définis en cette fin de siècle ; elle fut une interprète délicate du rôle. Lui, habillé avec goût, s'était composé une tête "à la Musset". Bien en voix, il fit une création remarquable et remarquée. Le reste de la troupe était à l'avenant : Anna Tariol-Baugé était une Agathe parfaite, tandis que Léonie Laporte campait une Ermerance inimitable. Un bon point pour le comique Régnard, réjouissant Coquenard et un autre pour Maurice Lamy, Loustot élégant et désinvolte... Véronique trottina sur la scène des Bouffes environ 200 fois avant de s'en aller à la conquête d'autres scènes. La première représentation donnée à l’Opéra-Comique date du 7 février 1925 à l'occasion d'un gala donné au bénéfice des associations d'artistes. Edmée Favart et André Baugé étaient les prestigieux successeurs de Mariette Sully et Jean Périer, tandis qu’Anna Tariol-Baugé - la mère d’André- était toujours de la fête, 26 ans après sa création du rôle d’Agathe. La véritable création à l'Opéra-Comique a eu lieu le 22 décembre 1978, avec Danièle Chlostawa et François Le Roux. De nos jours, Véronique a complètement disparu des scènes parisiennes et est très rarement montée par les théâtres de l’Hexagone.

source : http://pagesperso-orange.fr/anao/oeuvre/veronique.html

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 45
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Véronique (Messager, 1898)   Mer 24 Juin - 14:28

Les CDs





http://www.amazon.fr/Messager-Veronique-Ohio-Light-Opera/dp/B0000249RC/ref=sr_1_5?ie=UTF8&s=music&qid=1245705787&sr=1-5

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
 
Véronique (Messager, 1898)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» André Messager: Opéras
» André Messager
» Viktor Ullmann (1898-1944)
» Bonne fête à Gérard Messager
» Imagine avec Véronique samson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
musica.forumactif.fr :: 2e étage droite : musique classique :: opérette-
Sauter vers: