musica.forumactif.fr

pour parler de musique classique dans la convivialité et la bonne humeur
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Loyset Compère 5vers 1440/45 1518)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Loyset Compère 5vers 1440/45 1518)   Jeu 26 Avr - 21:50

Loyset Compère fut un ecclésiastique, chanteur et compositeur franco-flamand né dans le diocèse d'Arras ou le Hainaut vers 1440-1445 et mort à Saint-Quentin le 16 août 1518. De la même génération que Josquin des Prés, c'est un des plus importants compositeurs de motets et de chansons à avoir importé en France le style raffiné de la Renaissance italienne.
D'après Jean Molinet (1435-1507) qui connaissait bien Compère, le compositeur était issu d'une famille de Saint-Omer. Un document milanais daté de 1476 le présente comme un ecclésiastique venant d'Arras. Pourtant, une ordonnance de Charles VIII d'avril 1494 confère à Compère la nationalité française et précise expressément qu'il est originaire du Hainaut. On n'a pu éclaircir ces contradictions. On ne connaît rien de sa formation. Il est possible qu'il fréquente la cour royale de France pendant les années 1460. En effet, sa composition la plus ancienne Puis que si biene (antérieure à 1465) se trouve dans un manuscrit contenant le répertoire de la chapelle du roi de France. Un recueil à Cambrai fait supposer que le motet Omnium bonorum plena, peut-être composé à l'occasion de la consécration de la cathédrale de Cambrai le 5 juillet 1472 ou à celle d'une rencontre des cours de France et de Bourgogne les 16 et 17 octobre 1468, a été composé à Cambrai en 1468. Le motet, qui est déjà l'œuvre d'un maître accompli, est cité dans la chanson De tous biens plaine de Hayne van Ghizeghem.
Le premier séjour de Compère à Milan est attesté par des documents. Les ducs de Milan entretenaient des rapports étroits avec la cour de France, aussi n'est-il pas surprenant que le duc Galeazzo Maria Sforza s'adresse dans une lettre datée du 23 novembre 1472 à Johannes Ockeghem en lui demandant son aide pour le recrutement de chanteurs destinés à collaborer à sa chapelle ducale qu'il était en train de constituer. Loyset Compère se trouvait parmi les chanteurs pressentis. Il s'engagea le 15 juillet 1474 comme membre de la manécanterie principale de la chapelle ducale. Son nom apparaît aussi dans des listes datées des 30 mars et 4 décembre 1475. Le collègue le plus notoire de Compère était Gaspar van Weerbeke. En septembre 1476 le duc tenta de faire attribuer à Compère un bénéfice de l'abbaye San Georgio de Padoue, mais celui-ci avait déjà été attribué. La carrière de Compère à Milan prit fin avec l'assassinat de duc le 26 septembre 1476 : la cour décida le 7 janvier 1477 de réduire la chapelle ducale et un document daté du 6 février 1477 cite Compère comme l'un des collaborateurs renvoyés.
Compère retourna en France accompagné de Jean Fresneau. Il séjourna peut-être quelque temps à la cour et au service du duc Jean II de Bourbon : Compère a en effet mis en musique trois poèmes de ce dernier. Cependant cette supposition n'est étayée par aucune source documentaire. Ce qui est sûr, c'est qu'on le retrouve en 1486 à la chapelle royale de France, alors dirigée par Johannes Ockeghem. Une bulle du pape du 28 juillet 1486 le nomme au chapitre du diocèse d'Arras ainsi que chapelain ordinaire et chantre du roi de France. Une ordonnance royale d'avril 1494 concède la nationalité française à « nostre cher et bien amé chappelain ordinaire et chantre de nostre chapelle maistre Loys Compère, natif du pays de Haynault, en satisfaction de son humble requête » — ce qui prouve qu'il ne la possédait pas auparavant, et lui assure la jouissance définitive des bénéfices qui lui avaient été attribués en France, en tant que membre de la chapelle royale. De juin 1492 à mai 1493, Compère fit partie du chapitre de la cathédrale Notre-Dame de Paris, où étaient souvent nommés les membres de la chapelle royale. Il fut ordonné prêtre à la cathédrale le 2 mars 1493 et échangea quelque temps après deux bénéfices qu'il avait à Notre-Dame et à la Trinité de Montlhéry contre une commende à Voyennbe dans le diocèse de Laon.
Loyset Compère accompagna, à l'automne 1494, le roi Charles VIII dans sa campagne d'Italie — on ne sait d'ailleurs à quel titre. Dans une lettre du 7 octobre 1494, Ferrante d'Este écrit à son père, le duc de Ferrare Ercole d'Este (qui était grand amateur de musique) qu'il a rencontré Compère à Casale Montferrato et que ce dernier s'est excusé à plusieurs reprises de ne pouvoir fournir à son Altesse quelques bonnes compositions car celles qu'il avait avec lui étaient déjà anciennes. Il poursuivit en disant qu'il avait laissé ses partitions en France, qui contenaient de bonnes œuvres récentes, dont il se ferait un honneur de les envoyer à son Altesse dès qu'il pourrait le faire. Selon toute vraisemblance, il passa le mois de janvier 1495 à Rome, car Charles VIII et son armée occupaient la ville à cette époque. C'est probablement de cette période (ou peu de temps après) que date la composition de quelques mots représentatifs : Crux triumphans, Propter gravamen, Quis numerare queat, Sile fragor : soit ces œuvres ont été écrites en Italie, soit il s'agit des « œuvres plus anciennes » mentionnées par Ferrante d'Este. En juillet 1495 il assista à la bataille de Fornovo et composa la chanson Vive le noble roy pour célébrer la victoire des français.
Entre le 30 avril 1498 et le 5 mai 1500, Compère fut le doyen de la collégiale de Saint-Géry de Cambrai, en position de préséance devant les 48 autres chanoines. Il était bachelier en droit civil et en droit canonique depuis au moins 1500. De 1500 à 1503 ou 1504, il fut recteur de la collégiale Saint-Pierre à Douai. Selon toute apparence, ce n'était pas une sinécure, car en 1503, les autorités de la ville levèrent l'immunité du monastère et forcèrent l'ouverture de la maison de Compère. Il démissionna de cette fonction en faveur de Pierre Duwez, ancien musicien de la chapelle ducale de Bourgogne, ancien recteur à Condé auquel avait succédé Josquin Desprez en mai 1504. Il passa les dernières années de sa vie à la collégiale de Saint-Quentin dont il était chanoine depuis 1491, y jouissant aussi des revenus d'un bénéfice dans le diocèse de Coutances. Malgré ses autres charges, il resta attaché à la Chapelle royale même après 1498. C'est ainsi qu'il composa le motet Gaude prole regia pour la venue de Philippe le Beau à Paris le 25 novembre 1501. Le texte en est une prière à Catherine d'Alexandrie et symbolise la louange conjointe de la sainte par la France et les Flandres. Le motet Sola caret monstris composé en 1507 est une critique contre le pape Jules II en faveur du roi Louis XII. Loyset Compère mourut le 16 août 1518 à Saint-Quentin. Il eut des funérailles solennelles dans la collégiale.
À la différence de ses contemporains, Compère semble avoir écrit peu de messes — ou tout au moins, peu nous sont parvenues. De tempérament, il apparaît plutôt comme un miniaturiste, ses compositions les plus populaires et les plus nombreuses relèvent des plus courtes formes de son temps : essentiellement chansons et motets. Deux influences artistiques se manifestent dans sa musique : le style bourguignon, qui est d'évidence celui de sa formation initiale avant les voyages en Italie, et celui, plus léger des musiciens italiens contemporains qui composaient alors des frotolle, la forme légère et populaire qui précéda le madrigal. Compère était un mélodiste doué, et nombre de ses chansons devinrent populaires : des compositeurs plus tardifs réutilisèrent plusieurs d'entre elles comme « cantus firmus » de leurs messes en musique. À plusieurs reprises, il semble s'être lui-même imposé des recherches techniques difficiles, telles que la composition de quodlibets (Au travail suis ne combine pas moins de six thèmes différents écrits sur le même texte par différents compositeurs). Il écrivit plusieurs compositions d'une forme unique parfois dénommée « motet libre », combinant la subtile élégance des chants populaires italiens et la technique contrapuntique des musiciens flamands. Certains associent des textes de différentes origines, par exemple un Sile fragor paradoxal qui allie une supplication à la Très Sainte Vierge Marie à une chanson à boire en l'honneur de Bacchus. Son choix de textes profanes est souvent irrévérencieux et suggestif. Ses chansons sont ses compositions les plus caractéristiques et plusieurs spécialistes de la musique de la Renaissance les considèrent comme la meilleure part de son œuvre. Elles sont pour trois ou quatre voix, et peuvent se classer en trois groupes : pièces légères à quatre voix a cappella, de style italianisant, très proches de la frottole, avec un texte syllabique et homophonique et de fréquentes cadences ; ovrages à trois voix de style bourguignon évoquant la musique de Guillaume Dufay ;
« chansons-motets » ressemblant plus au motet médiéval qu'à toute autre forme. Dans ces œuvres, la voix la plus basse chante en général un cantus-firmus lent en latin alors que les voix supérieures chantent des parties plus animées en français. Nombre de ses œuvres furent imprimées à Venise par Ottaviano Petrucci et largement diffusées. Évidemment, leur publication contribua à leur popularité. Compère fut l'un des premiers musiciens à bénéficier de l'avancée technique majeur que représentait l'impression, laquelle favorisa de manière extraordinaire la diffusion des œuvres de l'École franco-flamande dans toute l'Europe de la Renaissance. Compère écrivit plusieurs musiques pour le Magnificat (l'hymne de louange chanté par la Vierge Marie dont il est question dans l'Évangile de Saint-Luc) de même que de nombreux petits motets.

source : wikipédia

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
 
Loyset Compère 5vers 1440/45 1518)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Josquin Desprez (c.1440-1521)
» Josquin Des Prés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
musica.forumactif.fr :: 1er étage droite : Le bureau des compositeurs :: période renaissance (1450 1600)-
Sauter vers: