musica.forumactif.fr

pour parler de musique classique dans la convivialité et la bonne humeur
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Heitor Villa Lobos (1887 1959)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Heitor Villa Lobos (1887 1959)   Mar 8 Mai - 13:33

Heitor Villa-Lobos (son prénom est parfois orthographié Hector), né le 5 mars 1887 à Rio de Janeiro et mort dans cette même ville le 17 novembre 1959, est un compositeur brésilien.
Apprenant la musique auprès de son père, mélomane d'une vaste culture (et également bibliothécaire), Villa-Lobos devint rapidement un musicien professionnel. Il gagnait sa vie comme musicien de café; il jouait alors du violoncelle. En 1905 Villa-Lobos effectua le premier de ses voyages dans les états du nord-est du Brésil, pour recueillir des musiques folkloriques. Il devait effectuer d'autres voyages semblables par la suite, bien qu'il entretienne un voile de mystère autour de ceux-ci; son propre témoignage concernant des aventures avec des tribus cannibales du Nord-Est est sujet à caution. Par la suite, il étudia à l'Institut National de Musique de Rio de Janeiro, bien que son style ne fut jamais conforme à aucune norme académique. Sa musique demeura toujours personnelle et particulière. Comme Villa-Lobos lui-même le disait bien des années plus tard: « Ma musique est naturelle, comme une chute d'eau ». Et aussi: « Un pied dans l'académie et vous êtes déformé! » Après un autre voyage ethnomusicologique dans l'intérieur de l'Amazonie en 1912, Villa-Lobos revint à Rio de Janeiro. C'est là, le 13 novembre 1915, qu'il capta l'attention de cette ville en donnant un concert de sa musique nouvelle. En 1923, il attirait suffisamment à lui les faveurs des officiels pour obtenir une bourse pour étudier à Paris. À son retour en 1930, Villa-Lobos fut nommé directeur de l'éducation musicale de Rio de Janeiro. C'est à partir de ce moment que débuta la glorieuse seconde carrière de Villa-Lobos : pédagogue musical pour son pays. Il conçut un système d'apprentissage de la musique pour des générations de Brésiliens, basé sur la riche culture musicale brésilienne, et prenant ses racines dans un patriotisme profond et toujours explicite. Il composa de la musique chorale pour de grands chœurs d'enfants des écoles, souvent adaptée du folklore. Ce qu'il a légué au Brésil d'aujourd'hui, même au sein des nouvelles générations élevées avec les écoles de samba ou MTV, c'est un sentiment profond de fierté et d'amour pour lui, mêlé de semblables sentiments pour leur pays. C'est surprenant, si l'on considère qu'il s'agit d'un compositeur de musique « classique » mort depuis plus de quarante ans ; on trouverait difficilement un équivalent de cet engouement en Amérique du Nord. En 1944, Villa-Lobos effectua un voyage aux États-Unis pour diriger ses œuvres, obtenant un succès critique et même un certain succès populaire. D'importantes œuvres furent commandées par des orchestres américains, et il écrivit même une musique de film pour Hollywood, pour l'intéressant film de 1945 The Green Mansions. Les années 40 furent une période de triomphe international. Comme compositeur et comme chef d'orchestre, Villa-Lobos fut célébré de Los Angeles à New York et Paris. Malgré ses voyages à travers le monde, sa maison fut toujours à Rio de Janeiro, et c'est là qu'il meurt.
Villa-Lobos était connu pour sa prolixité, bien qu'il ait probablement exagéré le nombre d'œuvres qu'il écrivit, de nombreux ouvrages étant des arrangements de pièces précédentes. À la fin de sa vie en particulier, Villa-Lobos fit beaucoup de ré-écriture. Les œuvres ci-dessous représentent son héritage musical. À l'exception des ouvrages perdus, elles sont fréquemment jouées dans les récitals et les concerts partout dans le monde et aussi enregistrées sur cd. À l'exception également du Nonetto et des opéras. Même les symphonies sont maintenant disponibles dans un enregistrement intégral. L'ouvrage le plus populaire de Villa-Lobos est la Bachianas Brasileiras 5, pour voix et huit violoncelles, mais également jouée par beaucoup d'autres formations instrumentales. La musique pour guitare seule, comprenant les préludes, les études et le Choros 1 venant en second dans les œuvres les plus populaires. La musique la plus importante est contenue dans les Choros, les Bachianas Brasileiras et la série de quatuors à cordes, ainsi que dans de nombreuses pièces pour piano solo - comme le Choros 5 et la Bachianas Brasileiras 4, par exemple - très prisées par les pianistes et le public.

Ses oeuvres :

Bachianas Brasileiras
No. 1 pour 8 violoncelles (1932)
No. 2 pour orchestre de chambre (1933)
No. 3 pour piano et orchestre (1934)
No. 4 pour piano (1930-40); orchestré en 1942)
No. 5 pour voix et 8 violoncelles (1938)
No. 6 pour flûte et basson (1938)
No. 7 pour orchestre (1942)
No. 8 pour orchestre (1944)
No. 9 pour chœur et orchestre à cordes (1944)

Choros
Introduction aux Choros pour guitare et orchestre(1929)
No. 1 pour guitare (1920)
No. 2 pour flûte et clarinette (1921 ou 1924)
No. 3 pour chœur d'hommes et instruments à vent (1925)
No. 4 pour 3 cors et trombone (1926)
No. 5 pour piano (1926) « Alma Brasileira »
No. 6 pour orchestre (1926)
No. 7 pour vents, violon et violoncelle (1924)
No. 8 pour grand orchestre et 2 pianos (1925)
No. 9 pour orchestre (1929)
No. 10 pour chœur et orchestre (1925) « Rasga o Coração »
No. 11 pour piano et orchestre (1928)
No. 12 pour orchestre (1929)
No. 13 pour 2 orchestres et band (1929) - PERDU
No. 14 pour orchestre, band et chorus (1928) - PERDU
Choros bis, pour violon et violoncelle (1928)

Concertos
Suite pour piano et orchestre (1913)
Concerto pour violoncelle no. 1 (1915)
Momoprécoce, fantaisie pour piano et orchestre (1921)
Fantasia de Movimentos Mistos, pour violon et orchestre (1921)
Ciranda das Sete Notas pour basson et orchestre à cordes (1933)
Concerto pour piano no. 1 (1945)
Concerto pour piano no. 2 (1948)
Concerto pour piano no. 3 (1952-57)
Concerto pour piano no. 4 (1952)
Concerto pour piano no. 5 (1954)
Fantaisie pour saxophone soprano, trois cors et cordes (1948)
Concerto pour guitare (1951)
Concerto pour harpe (1953)
Concerto pour violoncelle no. 2 (1953)
Fantaisie pour violoncelle et orchestre
Concerto pour harmonica
Concerto Grosso pour quatuor à vent et ensemble à vent (1959)
Les Chôros no. 11 et Bachianas no. 3 sont aussi des pièces concertantes pour piano et orchestre

Symphonies
No. 1 O Imprevisto, L'Imprévu (1920)
No. 2 Ascenção, L'Ascencion (1917)
No. 3 A Guerra, La Guerre (1919)
No. 4 A Vitória, La Victoire (1919)
No. 5 A Paz, La Paix (1920) - PERDU
No. 6 Montanhas do Brasil, Les Montagnes du Brésil (1944)
No. 7 (1945)
No. 8 (1950)
No. 9 (1951)
No. 10 Sumé Pater Patrium, Amerindia (1952)
No. 11 (1955)
No. 12 (1957)

Autres Œuvres Orchestrales (incluant les partitions pour ballet)
Tédio de Alvorada, poème symphonique (1916)
Naufrágio de Kleônicos, poème symphonique (1916)
Dancas Africanas (1916)
Sinfonietta no. 1 (1916)
Iára (1917)
Amazonas, ballet et poème symphonique (1917)
Uirapuru, ballet (1917)
Dança Frenética (1918)
Dança dos Mosquitos (1922)
Francette et Piá (1928, orch. 1958)
Rudepoema (1926, orch. 1932)
O Papagaio do moleque, Le cerf-volant du gamin, un passage symphonique(1932)
Caixinha de Boas Festas, poème symphonique et ballet (1932)
Evolução dos Aeroplanos (1932)
Danca da terra, ballet (1939)
Mandú-Cárárá, Profane Cantata / Ballet d'enfants pour chœur mixte, chœur d'enfants et orchestre (1940)
Suite Saudade da Juventude nr. 1 (1940)
Madona, poème symphonique (1945)
Sinfonietta no. 2 (1947)
Erosão, Erosion, poème symphonique (1950)
Rudá, poème symphonique et ballet (1951)
Ouverture de L'Homme Tel (1952)
Alvorada na Floresta Tropical, ouverture (1953)
Odisséia de uma raça, poème symphonique (1953)
Gênesis, poème symphonique et ballet (1954)
Emperor Jones, un ballet (1956)
Fantasia em Três Movimentos (dans le corpus des choros)(1958)
Suite no. 1 pour orchestre de chambre (1959)
Suite no. 2 pour orchestre de chambre (1959)
Musique de Chambre
Sonate-fantaisie no. 1 pour violon et piano, Désespérance, Despair (1913)
Sonate-fantaisie no. 2 pour violon et piano (1914)
Sonata pour violon et piano no. 3 (1920)
Trio pour piano et cordes no. 1 (1911)
Trio pour piano et cordes no. 2 (1915)
Trio pour piano et cordes no. 3 (1918)
Sextuor Mystique, pour flûte, hautbois, saxophone, harpe, celesta et guitare (1917)
Quarteto Simbolico, pour flûte, saxophone alto, harpe, celesta et voix de femmes (1921)
Trio pour hautbois, clarinette et basson (1921)
Nonetto, Impressão rápida de todo o Brasil, Une Impression Rapide de Tout le Brésil (1923)
Quinteta em forma de choros, pour flûte, hautbois, clarinette, cor anglais ou cor et basson (1928)
Quatuor, pour flûte, hautbois, clarinette et basson (1928)
Assobio a Jato (Le sifflet), pour flûte et violoncelle (1930)
Distribuição de Flores pour flûte et guitare (1937)
Trio pour violon, alto et violoncelle (1945)
Divagação pour violoncelle, piano et percussion basse (adlib.) (1946)
Duo pour violon et alto (1946)
Fantaisie concertante pour piano, clarinette et basson (1953)
Duo pour hautbois et basson (1957)
Quinteto Instrumental, pour flûte, violon, alto, violoncelle et harpe (1957)
Fantaisie Concertante pour 16 ou 32 violoncelles (1958)
Choros no. 2,3,4,7 et Bachianas 1 et 6 pour instruments divers en musique de chambre

Quatuors à Cordes
No. 1 (1915)
No. 2 (1915)
No. 3 (1917)
No. 4 (1917)
No. 5 (1931)
No. 6 (1938)
No. 7 (1942)
No. 8 (1944)
No. 9 (1945)
No. 10 (1946)
No. 11 (1948)
No. 12 (1950)
No. 13 (1951)
No. 14 (1953)
No. 15 (1954)
No. 16 (1955)
No. 17 (1957)
Il ne reste que des ébauches du Quatuor No18.

Opéras
Izaht (1914)
Magdalena (1948)
Yerma (1955)
Daughter of the Clouds (1957)

Ballets
voir: autres œuvres orchestrales

Musiques de Films
Descobrimento do Brasil (1938)
Green Mansions (1959) - (adapté en version de concert: Forêt de l'Amazone)

Œuvres pour Guitare seule
Choros no. 1 (1920)
Suite populaire Brésilienne (1928)
Douze Études (1929)
Cinq Préludes (1940)
Musique pour Piano seul
Ibericarabe (1914)
Ondulando (1914)
Danças Características Africanas (1915)
Suite floral (1918)
Histórias da carochinha (1919)
A Lenda do Caboclo (1920)
Carnaval das crianças (1920)
Prole do Bébé, première série (1920)
Prole do Bébé, deuxième série (1921)
Prole do Bébé, troisième serie (1926) - PERDU
A Fiandeira (1921)
Rudêpoema (1921-26)
Sul America (1925)
Cirandinhas (1925)
Cirandas (1926)
Saudades das Selvas Brasileiras (1927)
Bachianas Brasileiras no. 4 (1930-40)
Francette et Pià (1932)
Valsa da dor (1932)
Guia Prático (1932-49)
Ciclo brasileiro (1936-37)
Plantio do caboclo, La Plantation du Paysan
Impressões seresteiras, Les Impressions d'un Musicien de Sérénade
Festa no sertão, La Fête dans le Désert
Dança do Indio Branco, La Danse de l'Indien Blanc
As Três Marias (1939)
New York Sky-Line Melody (1939)
Poema Singelo (1942)
Homenagem a Chopin (1949)

source : wikipédia

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
 
Heitor Villa Lobos (1887 1959)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heitor Villa-Lobos
» Villa-Lobos : L'œuvre pour piano seul
» Villa-Lobos : Les Quatuors à cordes
» Villa-Lobos : Les symphonies
» Les 12 études pour guitare ( Villa-Lobos )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
musica.forumactif.fr :: 1er étage droite : Le bureau des compositeurs :: Période moderne-
Sauter vers: