musica.forumactif.fr

pour parler de musique classique dans la convivialité et la bonne humeur
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Luca Marenzio (vers 1553 1599)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Luca Marenzio (vers 1553 1599)   Lun 21 Mai - 11:15

Luca Marenzio (aussi Marentio) (né le 18 octobre ? 1553 ? - décédé le 22 août 1599) était un compositeur italien de la fin de la Renaissance. Il était l'un des compositeurs les plus renommés des madrigals, et a écrit peut-être les exemples les plus fins dans la forme à son dernier stade de développement, juste avant sa transformation en baroque par Monteverdi.
Memorial de Luca Marenzio dans la basilique San Lorenzo in LucinaMarenzio est né à Coccaglio, près de Brescia, et est mort à Rome. La date de naissance du 18 octobre 1553 a été proposée en raison d'un écrit de son père donnant son âge en années, et dans lequel il aurait été prénommé selon le saint de son jour de naissance : le 18 octobre. Après la formation précoce à Brescia et probablement après quelques années passées à Mantoue, il s'est déplacé à Rome, où il a été employé par le cardinal Cristoforo Madruzzo jusqu'en 1578, évidemment en tant que chanteur ; après la mort du cardinal il a servi à la cour du cardinal Luigi d'Este, et pendant ce temps il a commencé à s'établir une réputation en tant que compositeur. Vers 1581, sa musique était devenue immensément populaire, comme montré par la fréquence avec laquelle ses livres édités de madrigals ont été réimprimés, et également par l'aspect de plus en plus commun de ses madrigals dans les anthologies. En 1587, il s'est déplacé à Florence où il est entré au service de Ferdinand Ier de Médicis pendant deux ans; en 1589, il est revenu à Rome, où il a passé la plupart de ses dernières années, excepté un voyage en Pologne de 1596 à 1597, et pendant ce temps il a été employé à la cour de Sigismond III de Pologne à Varsovie. Selon quelques sources, le voyage vers la Pologne a ruiné sa santé, et il est mort à Rome en 1599, peu de temps après son retour de Pologne. Sa sépulture est dans la basilique San Lorenzo in Lucina
Tandis que Marenzio écrivait de la musique sacrée sous forme de motets, et de madrigali spirituali(madrigals basés sur les textes religieux), la grande majorité de son travail, et son legs durable, est son énorme production de madrigals. Ils changent dans le modèle, la technique et la tonalité dans les deux décennies de sa carrière de compositeur. Marenzio a édité au moins quinze collections de musique, la plupart du temps madrigals mais également canzonette et villanelle (formes séculaires A capella ressemblant beaucoup aux madrigals, mais habituellement plus léger dans le caractère). Près de 500 compositions séparées survivent. Stylistiquement, ses compositions montrent un sérieux généralement croissant de tonalité durant toute sa vie, mais en quelques toutes les périodes il était capable de la plus étonnante humeur décalé dans une composition simple, parfois dans seule phrase; rarement sa musique semblent désunies, puisqu'il suit de près les textes des poésies qui sont chantées. Pendant sa dernière décennie il a non seulement écrit une musique plus sérieuse et encore plus sombre, mais a expérimenté avec le chromaticisme d'une façon audacieuse surpassée seulement par Gesualdo. Dans un madrigal (O voi che sospirate a miglior note) il a modulé complètement autour du cycle des quintes dans une expression simple, en utilisant des épellations enharmonie dans les accords simples (par exemple, C-pointu et D-plat simultanés), impossible à chanter à moins qu'on observe une certaine approximation de Gamme tempérée. Encore plus la caractéristique de son modèle, et une caractéristique définissante du madrigal comme genre, est son utilisation du "mot-peint" : la technique de refléter dans la musique un mot, une expression, une implication ou un calembour spécifique sur ce qui est chanté. Un exemple évident serait un arrangement de l'expression « descendant en mer » à une série descendante de notes, ou accompagnant le mot « angoisse » avec une corde dissonante suivie d'une résolution non satisfaiste.
Marenzio était énormement influent sur des compositeurs en Italie, aussi bien que dans le reste de l'Europe. Comme exemple, quand en:Nicholas Yonge a édité son transalpina de Musica en 1588 en Angleterre, la première collection de madrigals italiens à être éditer là, Marenzio a eu le deuxième plus grand nombre de madrigals dans la collection (après Alfonso Ferrabosco l'aîné) ; et la deuxième collection de madrigals italiens édités en Angleterre a eu autrement plus de travaux de Marenzio que n'importe qui.

source : wikipédia

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
 
Luca Marenzio (vers 1553 1599)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Luca Marenzio (1553-1599) madrigaux
» Luca Turilli
» Erri de Luca
» Remix du Blues vers le Funk version longue
» La Mine de Rien - La Tête allant vers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
musica.forumactif.fr :: 1er étage droite : Le bureau des compositeurs :: période renaissance (1450 1600)-
Sauter vers: