musica.forumactif.fr

pour parler de musique classique dans la convivialité et la bonne humeur
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ivan Rebroff

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Ivan Rebroff   Jeu 31 Mai - 13:42

Ivan Rebroff est un célèbre chanteur allemand d'origine russe au répertoire très varié : chansons traditionnelles russes, mais aussi chants religieux classiques ou orthodoxes, chants de Noël, variété française ou allemande, opéra, opérettes, chansons folkloriques de nombreux pays et de multiples airs connus. Ivan Rebroff dispose d’un registre vocal remarquablement étendu (4 octaves et demie) ce qui l’a fait entrer dans le Livre Guinness des records. De plus, il chante en allemand, en russe, en français, en anglais, en afrikaans et en italien (il parle couramment les quatre premières de ces langues ainsi que le grec). Ivan Rebroff est né à Berlin le 31 juillet 1931 sous le nom de Hans-Rolf Rippert (sur un quai de gare, prématuré de deux mois).
Primitivement initié à la musique (violon et chant) sous l’impulsion de sa mère, Natalia Nélina, émigrée russe grande admiratrice de Fédor Chaliapine, il eut pour professeur de chant Alexandre Kitnes, spécialiste des voix slaves. Adolescent, il fut soliste soprano de l’une des plus anciennes chorales de garçons d’Allemagne, la ‘Stadtsingechor’ de l’institution August Hermann Francke dans la ville de Halle an der Saale. Pendant un court temps, il fit aussi partie de la ‘Thomanerchor Leipzig’ sous la direction du maître de chorale, organiste et compositeur Günther Ramin. Plus tard, il fut membre du chœur des Cosaques du Don dirigé par Serge Jaroff (en tant que soliste) ainsi que des ensembles des Cosaques de la Mer Noire et de l'Oural. À partir de 1951 et jusqu’en 1959, l'athlète (1,96 mètre et 115 kilogrammes) poursuivit ses études de chant, clavier et violon à l'école supérieure de musique de Hambourg en bénéficiant d’une bourse Fullbright. Il obtint le premier prix du concours des écoles supérieures de l'Allemagne Fédérale en 1958. En ce qui concerne la musique classique, ses débuts eurent lieu à l'opéra de Gelsenkirchen et à celui de Francfort. Son premier rôle à l’opéra fut celui de Don Basilio dans Le Barbier de Séville de Rossini. En 1960, il fut également premier prix du 9ème concours international de musique de l'ARD à Munich en interprétant, entre autres, Fühlt meine Seele l’un des trois Michel Angelo Lieder du compositeur Hugo Wolf.
Ivan Rebroff explique son passage à la « musique légère » par un « accident » : jouant le rôle de Jupiter dans Orphée aux Enfers à l’opéra de Munich, il s’est malencontreusement rompu le Tendon d'Achille sur scène. Obligé d’interrompre les représentations, il s’est consacré à l’enregistrement de son premier disque, incluant les chansons russes Plaine, ma Plaine et La Légende des douze Brigands. Cette seconde chanson est passée à la radio Europe 1 et le standard téléphonique a été submergé d’appels d’auditeurs voulant connaître le nom du chanteur. A la suite de cela, arrivé à Paris, il s’est vu offrir, en 1968, le rôle du laitier Tevje, dans la comédie musicale Un violon sur le toit, dans laquelle il interprétait entre autres Ah ! Si j'étais riche. Ce rôle lui a apporté la célébrité, tant en France qu’en Allemagne (Le journal France Soir a publié à l'époque : « Hier soir, au théâtre Marigny, après la générale du 'Violon sur le Toit', personne n'en doutait plus : Paris tient enfin sa première vraie grande comédie musicale. On sait aussi désormais qu'Ivan Rebroff n'est pas qu'une sorte de phénomène vocal, une sorte d' Yma Sumac barbu, mais un authentique comédien ».), et a été le point de départ de sa carrière internationale. 653 représentations du Violon sur le toit ont suivi à Paris. Ivan Rebroff est particulièrement célèbre auprès du grand public, pour son interprétation de chansons folkloriques russes (Kalinka ; Les Nuits de Moscou ; Les Yeux Noirs ; Plaine, ma Plaine ; Les Bâteliers de la Volga ; Les Cloches du Soir ; Katioucha ; Souliko ; Dans les rues de Saint-Pétersbourg...). Sa reprise, en russe, de la chanson popularisée par Mary Hopkin Those were the days (à l’origine, une chanson russe), sous le titre Le temps des fleurs (reprise également par Dalida, en français) tint plusieurs semaines à la première place du Hit-parade français en décembre 1968. Au cours de sa carrière, il a obtenu 49 disques d'or décernés par des états des cinq continents et notamment par presque tous les pays européens. Rebroff dit de lui qu'il est « international » (sa patrie c'est la Terre) et qu'avec son répertoire il essaie de faire la connexion entre l'Est et l'Ouest. L'ancien chancelier d'Allemagne Fédérale, Helmut Schmidt lui a d'ailleurs remis en 1985 la Bundesverdienstkreuz (croix fédérale du mérite) en remerciement de sa contribution au rapprochement des peuples.
Depuis le début de sa carrière jusqu'à l'an 2000, il a donné plus de 7200 concerts en soliste devant plus de 5,8 millions de spectateurs, dont une période de deux ans, 7 jours sur 7 à l'Opéra français. Il a également joué dans de nombreuses pièces de théâtre et films (Le Barbier de Séville, Boris Godounov, Le Baron tzigane, Sang viennois, Le Chevalier à la rose, L'étudiant Mendiant, La Belle Hélène, Orphée aux Enfers, La Bohème, La Chauve-Souris, Le Nez...). Un journaliste anglais (Evening Standard, Londres) a écrit de lui : « Une légende vivante. Quiconque l'a entendu un jour ne peut être que rempli de respect en découvrant quelle sonorité harmonieuse peut avoir une voix humaine. » En pleine forme à 70 ans passés, il a, début 2004, fait une tournée en Australie chantant dans 12 concerts en 14 jours. Actuellement, il continue de se produire régulièrement à travers l'Europe, principalement dans des églises, et est invité fréquemment dans des émissions télévisuelles allemandes. Il annonce aussi que, durant ses temps libres, il travaille à écrire ses mémoires. Il est domicilié dans l'île grecque de Skópelos dont il est « citoyen d'honneur » mais possède aussi une résidence en Allemagne près de Francfort ainsi que des pied-à-terre dans différents pays (Provence, régions de Saint-Pétersbourg ou de Lisbonne).

source : wikipédia

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Re: Ivan Rebroff   Jeu 3 Avr - 21:02


_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
 
Ivan Rebroff
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ivan Rebroff
» Ivan Rebroff
» Les Bateliers de la Volga, chant folklorique russe
» Ivan Rosenberg : nu-bluegrass dobro
» jeux: associations d'idée sur les pochettes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
musica.forumactif.fr :: rez de chaussée : Loges des interprètes :: artistes lyriques-
Sauter vers: