musica.forumactif.fr

pour parler de musique classique dans la convivialité et la bonne humeur
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Lorenzo Perosi (1872 1956)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Lorenzo Perosi (1872 1956)   Dim 29 Avr - 19:56

Monsignor Lorenzo Perosi (Tortona 21 décembre 1872 - Rome 12 octobre 1956) était, au virage du dernier siècle, le compositeur plus célèbre est prolifique de musique sacrée en Italie et le seul membre du Giovane Scuola qui n'a pas écrit l'opéra. Il avait le succès international dans les 1890 derniers et les 1900 premiers ; Nobel gagnant Romain Rolland l'a louangé ; et plusieurs papes y compris Pape St. Pie X a lié sa amitié ; et Perosi fuit le leader de la Mouvement Cecilienne, qui avait influence de grande portée en toute l'Église Catholique. Perosi est venu d'une de la famille extrêmement musicale et religieuse. Pour presque 200 années avant lui, tous les ancêtres de Lorenzo étaient des musiciens d'églises. Son père était Giuseppe Perosi (1849-1908), Maestro di Cappella de la Cathédrale de Tortona et un des musiciens d'église plus éminents en Italie. Giuseppe était le premier enseignant de Lorenzo de même que son autre deux fils, Carlo (qui est devenu prêtre et alors cardinal) et Marziano (qui était Maestro di Cappella à la Cathédrale de Milan de 1930 à 1949). À Milan Lorenzo a étudié avec un des plus grands professeurs d'Italie, Michele Saladino du Conservatoire de Milan. Même quand il n'a plus été inscrit au Conservatoire, Perosi est maintenu un cours de correspondance avec Saladino. En 1890, le Perosi de 18 ans a obtenu sa première poste professionnelle : l'organiste et « l'enseignant des novices de piano » à l'Abbaye célèbre de Mont-Cassin (Montecassino). Il a reçu son diplôme du Conservatoire de Milan dans 1892, suivant qu'il a dépensé une année extrêmement importante d'étude avec Franz Xaver Haberl dans Ratisbon (Regensburg), au Kirchenmusikschule que Haberl a eu fondé en 1874. Un musicien et un musicologue réputés, Haberl était un pionnier de la polyphonie renaissance est le premier éditeur des œuvres complets de Palestrina et de Lassus. Le développement de Perosi était tel que Haberl lui a offert un cattedra (position d'enseignement permanente) dans son Kirchenmusikschule. Perosi, le mal du pays ayant, a décliné poliment, en faveur d'une poste comme enseignant et directeur de musique sacrée à Imola. Comme Perosi s'expliqué, il « a désiré et prié longuement au Seigneur pour pouvoir faire quelque chose pour la musique de Dieu en Italie ». Perosi a servi dans Imola du 1892 novembre, au 1894 août. Dans 1894 Perosi est allé à l'Abbaye de Solesmes pour étudier avec les Gregorianistes célébrés Dom Mocquerau et Dom Pothier. La polyphonie Renaissance qu'il a apprise de Haberl, et le chant grégorien qu'il a étudié dans Solesmes — ceux-ci étaient le deux pilars sur lequel l'œuvres entiers de Perosi s'est reposé. A Imola, Perosi a obtenu un poste beaucoup plus important, celui de Maestro di Cappella Marciana (i.e., la Cappella de la Basilique de San Marco) de Vénise. Ce position Vénitien a résulté de l'amitié profonde entre Perosi et Cardinal Giuseppe Sarto, alors Patriarca di Venezia (le Patriarche de Vénise) mais bientôt le Pape Pie X (et, encor plus tard, Pape St. Pie X). Sarto était amant profond de la musique qui a été dérangé par l'à peu près cent années (c.1800-1900) que le Chant grégorien était absent de l'Église. Un style plus « opératique » et divertissant de musique prévalu, attirant les congregants. Ce n'était que donc Perosi naturel qu'a trouvé dans Sarto non seulement un ami consacré et une grande âme-sœur, mais aussi un répondant loyal. Le nomination Vénitien de Perosi (1894) a déchaîné un torrent de grande musique qui a duré au moins jusqu' à 1907. Il a continué à composer prolifiquement jusqu'à sa mort, mais ses travaux dans cette période de 13 années était son plus grand et plus beau. En 1895, Perosi est devenu prêtre, ayant été ordonné par son bon ami Cardinal Sarto. Il devrait être aussi mentionné que St. Luigi Orione était, comme Perosi, né dans Tortona en 1872. Les trois hommes — Orione, Perosi, et Sarto — étaient tous ches amis et ches inspirateurs mutuels. En 1898, Sarto Cardinal a utilisé son influence avec le Pape Léon XIII pour obtenir Perosi la poste prestigieux de Maestro Perpetuo della Cappella Sistina, ou le Directeur Perpétuel du Chœur Sixtine, dans Rome. Cinq années plus tard, la patronage de Sarto a remboursé dans une façon même plus monumentale : il a été ordonné Pape Pie X. La musique était une telle priorité pour Pius (plus tard, St. Pie) que trois mois après son couronnement il a dévoilé un Motu Proprio sur la musique sacrée (dont Perosi était co-écrivain). Le 1903 Motu Proprio n'était rien court d'une déclaration papale que ce chant grégorien doit être réintégré tout de suite dans toutes églises catholiques autour du monde. Le siècle de musique d'église « opératique » était officiellement par-dessus. (Donc était incidemment l'ère de castrati. Pius était contre la pratique sordide de castration humaine et a décrété cela seulement « les hommes entiers » serait permis d'être des prêtres ou des chanteurs dans l'Église). (G à D) Giordano, Perosi, Mascagni.Perosi est resté Perpetuo de Maestro jusqu'à sa mort par-dessus 50 années plus tard, en dépit des interruptions dans son poste d'administrateur. Après 1907, Perosi a commencé à souffrir plus intensément des problèmes psychologique et neurologiques, probabilment causé par son problématique naissance. Ces afflictions ont atteint leur sommet dans 1922 ; beaucoup l'ont déclaré « incurable ». Le compositeur a dépensé beaucoup de mois dans la solitude comparative, cependant, le mythe souvent répété qu'il a été « institutionnalisé » est faux. Il n'a pas changé la résidence dans 1922. En fait, dans le prochain an, 1923, Perosi était déjà de retour dans l'action, composant un orage de musique. Il n'était pas « fou ».[3] En fait, dans la dernière décennie de sa vie, il a maintenu un plan dirigeant occupé. Malgré l'obscurité relative de son nom aujourd'hui, Perosi était membre célèbre et éminent du Giovane Scuola, dont les compositeurs du Verismo, ou Veristi (Puccini, Mascagni, Leoncavallo, Giordano, Cilea, Franchetti, et al.), tout sont étés membres. Un chapitre entier est dédié à Perosi dans le volume célèbre de Romain Rolland , Musiciens d'Aujourd’hui (1899), qui a été traduit dans beaucoup de langues. Perosi a été profondément admiré non seulement par Rolland et par le Veristi sousnommé, mais aussi par Boito, Toscanini, et beaucoup d'icônes italiennes autres. Caruso a chanté sa musique, comme a fait Sammarco, Tagliabue, Gigli, et les autres grands chanteurs innombrables de cette ère, et aussi plusieurs dans les temps modernes, tels que Fiorenza Cossotto, Mirella Freni, Renato Capecchi, et le collègue tortonaise Giuseppe Campora. Ses admirateurs français ont inclus Debussy, Massenet, Guilmant, et d’Indy, que tous a été profondément impressionné par le 1899 Première français de La Risurrezione di Cristo. Contrairement aux autres membres du Giovane Scuola, Perosi était le seul l'un être significativement influencé par le répertoire pré-classique. Son soi-disant « eclecticismo» était et calme est mal compris par les critiques, mais c'était son plus grand trait. C'était presque avec naïveté que Perosi s'est demandé à Romain Rolland pourquoi c'est que les compositeurs se sentent si entravé par le temps et la géographie. Pourquoi la musique ne pourrait-il pas être universelle, pas entravée par les tendances ou les engouements éphémères d'un particulier pays ou de siècle.

source : wikipédia

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
 
Lorenzo Perosi (1872 1956)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorenzo Perosi
» Lorenzo PEROSI — 1872-1956
» Sergei Nikiforovich Vasilenko (1872-1956)
» Sergei Nikiforovich Vasilenko (1872-1956)
» Je vends ma Lap Steel Fender de 1956 (photos et video).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
musica.forumactif.fr :: 1er étage droite : Le bureau des compositeurs :: Période moderne-
Sauter vers: