musica.forumactif.fr

pour parler de musique classique dans la convivialité et la bonne humeur
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Wilhelm Friedemann Bach (1710 1784)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
calbo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1671
Age : 46
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Wilhelm Friedemann Bach (1710 1784)   Lun 21 Mai - 0:44

Wilhelm Friedemann Bach (né à Weimar le 22 novembre 1710, décédé le 1er juillet 1784 à Berlin) fut un musicien allemand de la famille Bach. Il fut surnommé le Bach de Halle. Wilhelm Friedemann Bach était le premier fils de Johann Sebastian Bach et de sa première épouse, Maria Barbara. Il passe, d'après tous les témoignages contemporains, pour le plus doué des fils du grand compositeur ; malgré ses remarquables dispositions musicales — contrapuntiste, organiste et improvisateur accompli — c'est aussi parmi les quatre frères musiciens celui qui eut le moins de réussite dans sa carrière. La famille ayant déménagé de Weimar à Köthen en 1717, il suivit les cours de l’école de latin de cette ville. À partir de 1722, il fréquenta l’école Saint-Thomas de Leipzig où son père était Kantor. Il reçut des leçons de violon de Johann Gottlieb Graun, fréquenta l’université ; il obtint en 1733 un poste d’organiste à l’église Sainte-Sophie (Sophienkirche) de Dresde puis en 1746 devint Directeur de la Musique et organiste de l’église Notre-Dame (Marktkirche Unser Lieben Frauen) de Halle. C’est pourquoi il est parfois désigné comme le Bach de Halle. Il connaissait Georg Friedrich Haendel — qui était natif de Halle — et transmit à celui-ci, lors d’un de ses passages en Allemagne, l’invitation à rencontrer son père, ce qui ne se réalisa pas. Après la mort de son père il passa une existence terne à Halle, s’absenta souvent pour trouver à se placer. En 1762, on lui proposa le poste de maître de Chapelle de la cour à Darmstadt ; pour une raison inconnue il le refusa. Il abandonna son poste à Halle en 1764. À partir de ce moment, il n’eut plus de position stable, essayant d’assurer ses ressources en donnant des concerts, des cours et par la composition. Les musiciens, à cette époque, étaient presque toujours attachés au service d’un prince, d’une église, d’une ville, d’un opéra ou de quelque organisation puissante et riche. Il fut l’un des premiers musiciens à tenter de mener une carrière indépendante, ce qui ne devait guère lui réussir car il sombra progressivement dans la pauvreté et, semble-t'il, dans l'alcoolisme. En 1770, il quitta Halle pour Braunschweig puis s’établit finalement à Berlin en 1774. Pendant la décennie 1764-1774, il avait beaucoup voyagé, se rendant notamment à Göttingen auprès de Forkel. Mais il ne put y trouver de poste stable, pas plus qu’à Braunschweig ou Wolfenbüttel où il avait sollicité une place d’organiste. À Berlin, il organisa plusieurs concerts d’orgue qui eurent du succès et le firent remarquer de la princesse Anna Amalie, sœur de Frédéric II : celle-ci lui apporta son soutien mais le lui retira par la suite en 1778 ou 1779 lorsqu’il fut soupçonné (dans des conditions inconnues) d’avoir intrigué contre son professeur de musique, Johann Philipp Kirnberger, alors maître de chapelle au service du roi de Prusse. Wilhelm Friedemann Bach mourut à Berlin, dans le dénuement.
Johann Sebastian, tout exigeant qu’il fût en matière musicale, reconnaissait en son fils un élève fort doué et prévoyait pour lui l’avenir le plus brillant. Dès son enfance, il acquit une maîtrise complète du contrepoint, montra des dispositions exceptionnelles pour l’orgue et le clavecin ainsi que pour le violon. Cependant son caractère difficile et sa personnalité tourmentée allaient faire de lui, en quelque sorte, un «raté». Sa tentative d’exercer le métier de musicien indépendant sans dépendre d’un maître se solda, financièrement, par un échec, dû probablement aussi à son instabilité. Celle-ci provint certainement de ce qu’il ne parvint pas à se différencier suffisamment de son père, contrairement à ses frères, Carl Philipp Emanuel ou Johann Christian, qui anticipèrent, accompagnèrent l’évolution de la musique pendant cette période charnière où l’esthétique baroque laissait place au classicisme. Wilhelm Friedemann fut, comme Carl Philipp Emanuel, en relation avec Forkel, le premier biographe de son père (livre édité en 1802). Mais contrairement à son frère qui fut un conservateur soigneux des documents dont il avait hérité, Wilhelm Friedemann dispersa les siens, d'où de regrettables pertes. Par ailleurs, on sait qu'il se prétendit auteur de certaines compositions de son père, et qu'il écrivait son nom sur certains de ses manuscrits, induisant ainsi les éditeurs en erreur (le concerto pour orgue BWV 596 lui fut faussement attribué lors de sa première édition au XIXe siècle. Ses œuvres sont généralement identifiées selon le numéro qui leur a été attribué par Martin Falck dans son catalogue publié en 1913. Ainsi, Falck 12 (ou F. 12 ou encore FK 12) désigne l'ensemble de Polonaises achevé en 1765. Pour les œuvres redécouvertes ou qui lui ont été attribuées de façon postérieure, le n° est précédé des lettres nv qui signifient Nachlassverzeichnis (catalogue complémentaire). Ainsi Falck nv 2 désigne une fantaisie en do mineur pour clavecin.

source : wikipédia

_________________
Non temer, d'un basso affetto,
Non temer, d'un basso affetto,
Non fu mai, quel cor capace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://musica2.forumactif.fr
 
Wilhelm Friedemann Bach (1710 1784)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wilhelm Friedmann Bach
» Wilhelm Friedemann Bach.
» Johann Wilhelm Hassler (Hässler) (1747-1822)
» Les Cantates de J.S Bach
» J. S. Bach et les nombres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
musica.forumactif.fr :: 1er étage droite : Le bureau des compositeurs :: période baroque(1600 1765)-
Sauter vers: